J'ai du mal à évacuer ce que j'ai accumulé depuis une année déjà. Ne me demandez de parler ni même de pleurer, je n'y arrive pas, ça sors pas. J'ai beau être seule, repenser à des choses, les larmes ne se prononcent pas. De l'extérieur on pourrait croire que je suis indifférente, mais à l'intérieur sa bouille, ça hurle, ça se bouscule.

268643_485555318141271_1778809459_n

 

 

~

 

Je suis enfermé dans un mutisme. Une sorte de blocage qui fait drôlement mal. Le refus de parler. Je n'en suis pas au point de ne plus prononcer un mot, ou encore de ne plus rire... Non, le mien est différent, il survient lors d'un autre contexte. Quand je ne vais pas bien, je garde tout pour moi, je ne dis rien, ne montre rien. Je reste silencieuse. Les mots ne sortent pas. Mes lèvres sont muettes, ma langue inerte. Aucun son n'est capable de sortir de ma bouche. Quand il faut exprimer mes problèmes c'est comme si on me demandait de me planter des couteaux dans le dos. Ca fait mal, sa tue.Ce que je ressens m'étouffe. Les larmes restent nouées dans la gorge, et je n'ai trouvé aucun moyen pour les faires sortirs. Elles restent coincées. Mais il arrive parfois, durant quelque rare moment, ou de petites larmes perlent sur mes joues. Une ou deux tout au plus.
La plupart des gens ne comprennent pas le fait que l'on "refuse" de se confier; ils ne comprennent pas pourquoi on s'enferme dans notre mal-être. Il n'y a rien à comprendre là-dedans. Le mutisme est un blocage, une maladie.

Ça se guérit seulement si la personne le décide, et encore c'est loin d'être aussi simple... Il faut que l'esprit accepte de se libérer. On ne fait pas ça pour le plaisir, on ne garde pas tout pour nous par simple fierté... loin de là...

Je ne souhaite à personne de devenir comme moi, car c'est dur de sortir du silence, et encore plus difficile de le briser.